Qu'avons-nous fait en 2008 ?

Nous avons été invités dans trois conférences à Paris, puis à Lyon, à Noisy le Roi avec Marie-Monique Robin à l'occasion de la projection d'un de ses films, à Vichy, à Soisy, à l'Ecole du Paysage (Versailles), à Joinville le Pont, à Saint-Ouen (avec des collégiens), à Chatenay-Malabry avec des adolescents à l'occasion du FSJ. Nous avons également été invités à des projections-débats à Lévignan, Villeneuve-sur-Lot, Saint-Ouen, Paris et Montreuil. Nous sommes très heureux et fiers d'avoir été contactés afin de sensibiliser des collégiens et lycéens lors de la biennale de l'environnement.

Comme chaque année, nous tenons un stand dans des salons de l'agriculture biologique. Nous avons ainsi tenu un stand dans deux salons Vivez Nature, un aux Blancs-Manteaux et au salon Vivre Autrement et à Marjolaine, ainsi qu'à la biennale de l'environnement.

Dans plusieurs salons, nous avons distribué des lettres à envoyer aux députés afin de les sensibiliser aux multiples enjeux des OGM.

En vue des présentations du projet de loi du gouvernement devant les chambres du Parlement, nous avons lancé une campagne d'affiches destinée à rendre visible et unitaire l'opposition aux OGM grâce au soutien indéfectible de la Fondation pour une Terre Humaine qui nous avait déjà soutenu à l'occasion du colloque que nous avions organisé en 2003. Cette campagne était prévue pour que les gens qui s'opposent aux OGM et qui sont une majorité puissent faire voir cette opposition et montrer son unité malgré sa diversité. Notre affiche a été vue dans toute la France.

Plusieurs d'entre nous ont également été présents devant l'Assemblée Nationale pour un sitting afin de rappeler par leur présence, leur opposition farouche aux cultures d'OGM.

Nous avons fait un modèle de lettre pour être envoyée aux autorités afin de soutenir Christian Vélot qui est l'objet de tracasseries visant à le chasser de son laboratoire. Cette action a aussi donné lieu à un panneau d'affichage mis sur un stand au salon Marjolaine.

Nous avons également initié avec la revue L'Ecologiste une pétition demandant l'interdiction des OGM dans l'agriculture et l'alimentation ainsi que la redirection des subventions destinées aux OGM vers l'agriculture biologique. Au 31 décembre, cette pétition a recueilli plus de 70.000 signatures. Ce site permet également d'envoyer un courriél aux députés. Nous avons continué cette action après le vote de la loi car ce que la loi fait, la loi peut le défaire ...

Nous avons également rédigé un courrier papier adressé à chaque député afin de critiquer point par point la loi.

Travail plus de terrain, nous avons demandé des rendez-vous aux députés afin de les convaincre du bien-fondé de notre position en prenant appui sur les nombreux signataires de notre pétition. Que les signataires soient tous collectivement remerciés ici car nous sommes certains d'avoir participé à convaincre au moins deux députés a priori neutres ! C'est aussi leur victoire. Cependant, ces entretiens nous ont permis de mesurer la déliquescence de nos élites politiques. Ainsi, une députée (opposée aux OGM) a voulu nous expliquer que « Un enfant trisomique est un OGM » !

Nous avons également publié un article dans le Figaro à l'occasion d'un passage du projet de loi qui prétend instaurer la coexistence, mais surtout sans en faire payer les frais aux adeptes du Progrès de l'Industrie et du Commerce.

Nous avons été invités trois fois sur la chaîne de télévision LCP pour débattre en face de plusieurs députés.

Nous avons eu l'occasion de défendre notre point de vue dans plusieurs émissions de radio sur Radio Libertaire (deux émissions), sur France Culture (Science publique face à MM. Bizet et Riba), sur Parenthèse radio, Marmitte FM, Radio Plus, Fréquence bleue Mayenne et Radio Aligre (deux fois).

Cette année, nous avons eu une activité très soutenue, sous la pression du vote de la loi dont nous aurions aimés qu'elle soit autre. Mais nous ne modifierons pas nos objectifs car ce que la loi fait, la loi peut le défaire. Et si la loi est contre la volonté populaire, il faut se poser des questions sur la démocratie.

Fait à Paris le 10 avril 2010

« Nous sortons d'une époque ... où celui qui mourait de sa belle mort était envié d'avoir réussi à échapper au sort commun ... et à s'offrir, dans une époque apocalyptique, le luxe pacifique d'une mort individuelle. Dans les rares cas où elle se produisait, elle apparaissait comme un témoignage de liberté et d'indépendance ... celui qui mourait de sa belle mort passait pour le dernier homme souverainement libre ».
Günther Anders L'obsolescence de l'homme Editions de l'encyclopédie des nuisances 2002 p. 269
« Nous nous sentons inférieurs à nos produits alors même qu'ils sont notre oeuvre ... Nous ne pouvons pas posséder les vertus que nous conférons à nos produits, ce qui signifie, en l'espèce, qu'aucun de nous ne peut (ni simultanément ni successivement) exister en plusieurs exemplaires, qu'aucun de nous ne peut jouir de cette chance qu'ont les ampoules électriques ou les microsillons "longue durée" de se survivre à eux-mêmes sous la forme d'un nouvel exemplaire - bref, que nous devons aller, exemplaires uniques et obsolète, jusqu'au terme du délai qui nous est imparti. Or c'est précisément, pour qui prend comme modèles les vertus du monde des instruments, un nouvel opprobre, un nouveau motif de honte. ».
Günther Anders L'obsolescence de l'homme Editions de l'encyclopédie des nuisances 2002 p.70-71

>> entrée du répertoire Qui sommes-nous >> Bilans

> page d'accueil du site OGM dangers

> la page de notre moteur de recherches