Bilan moral de l'exercice 2003

En 2003, les activités classiques de l'association se sont poursuivies et nous avons, en plus, coorganisé un colloque. Hélas, nous regrettons le départ du trésorier qui fragilise l'association.

Qu'avons-nous fait depuis un an ?

Nous avons organisé plusieurs conférences dans des salons d'agriculture biologique, où nous tenions en plus un stand d'information, avec Action consommation, Inf'OGM, Les amis de la Terre, la Confédération Paysanne et la FNAB (Fédération Nationale de l'Agriculture Biologique). Nous avons également organisé une réunion de formation pour les membres intéressés. Cette réunion, non publique, avait pour but que chacun teste ses arguments, apprenne ce qui pouvait lui être objecté et ce qu'il pouvait répondre. Une telle réunion a été un succès et est à refaire régulièrement car le but de l'association n'est pas seulement d'être un lieu où ceux qui sont d'accord se retrouvent, mais surtout un lieu de vrai débat où non seulement les arguments, mais aussi les opinions (plus métaphysiques) peuvent être dits et où l'on peut trouver de quoi alimenter ses convictions.

Nous continuons à participer au collectif "Pas d'OGM dans ma commune" et sommes membres de l'Alliance Paysans Écologistes et Consommateurs. Par ailleurs, nous continuons à faire signer notre appel contre les brevets sur le vivant.

Nous avons eu des discussions avec des politiques des deux cotés de l'échiquier, bien sûr sans rien perdre de notre apolitisme.

Nous avons publié trois articles dans la revue L'Écologiste (un sur un fauchage anonyme, un sur ce que sont les OGMs et comment on les fait, l'autre sur les brevets). Nous avons été invités à deux émissions de radio.

Une part importante de notre activité a été consacrée à la préparation d'un colloque international co-organisé avec L'Écologiste intitulé "OGM : de la contestation aux alternatives". Ce colloque était associé à un numéro de la revue L'Écologiste sur ce même sujet et dont les articles reprenaient les interventions orales. Plusieurs membres de l'association ont participé à la publication de ce numéro consacré aux OGM. Ce colloque avait pour but de donner la parole aux scientifiques qui défendent des thèses proches des nôtres, ainsi qu'à des gens moins académiques ou plus philosophiques qui ont des points de vue qui enrichissent la contestation des OGM qui risquerait de s'enliser dans une critique de la seule malbouffe. Une page de présentation du colloque à partir de laquelle on peut consulter quelques interventions est disponible sur le site toile.

Nous avons également participé à plusieurs conférences en tant qu'invités dans une université parisienne à trois reprises, à Grenoble, Persan, Rueil-Malmaison, Soisy à l'invitation de la biocoop La Clairière, Achères et enfin à Paris, à l'invitation des verts.

La refonte de notre site avance encore trop lentement, mais plusieurs personnes se sont proposées pour compléter les parties manquantes.

Enfin, nous avons le grand plaisir d'annoncer qu'une scientifique américaine qui avait quitté son laboratoire car elle refusait de faire des OGM a accepté d'être membre d'honneur de notre conseil scientifique. Nous donnerons plus de détails sur elle prochainement.

Comme lors des précédents bilans moraux, je crois utile de rappeler que l'association défend l'idée qu'on peut s'opposer aux OGM pour de multiples raisons. Certains sont sensibles à un type d'arguments, les autres à d'autres arguments ou positions. Il nous appartient de comprendre les arguments et positions tant de ceux qui sont favorables aux OGM que de ceux qui leurs sont défavorables pour quelque raison que ce soit. Il s'agit donc d'abord d'un travail sur soi-même pour être plus convaincants.

Paris le 12 janvier 2004

« L'espoir ce n'est pas la conviction que quelque chose se terminera bien, mais être conscient que quelque chose a du sens, quel que soit l'issue.» Vaclav Havel

>> entrée du répertoire Qui sommes-nous >> Bilans

> page d'accueil du site OGM dangers

> la page de notre moteur de recherches