Bilan moral de l'exercice 2002

Nous clôturons notre troisième exercice et notre action a été satisfaisante. Le noyau dur du bureau s'est élargi à quelques militant(e)s qui ont permis plusieurs campagnes ou actions.

Je tiens à remercier les militants, mais tout autant les donateurs non militants. Avec le bureau, je suis persuadé que tout le monde ne peut pas ou ne veut pas militer. Mais c'est de la synergie des deux que nous pourrons ne pas baisser la garde et tenir un discours qui ne se perde pas dans les méandres médiatiques.

Qu'avons-nous fait depuis un an ?

En plus de nos réunions bihebdomadaires à Paris, nous avons organisé plusieurs conférences : trois dans les salons Vivez Nature, une sur "génétique humaine : rêve ou cauchemar ?", une sur "Agriculture : pourquoi le Nord et le Sud n'ont pas besoin d'OGM" (qui traitait des nombreuses alternatives qui peuvent exister), une sur "Les brevets sur le vivant et sur les logiciels" et enfin nous avons coorganisé les rencontres de Vendémiaire sur la place de la science. Un compte rendu de chacune est disponible sur notre site ou sur demande.

Nous participons au collectif Pas d'OGM dans ma commune qui vise à faire prendre une délibération du conseil municipal, puis un arrêté par le maire afin d'interdire essai ou culture d'OGM sur la commune. Le collectif a à son actif environ 1200 communes qui ont pris position (vœu, délibération ou arrêté) mais les préfets contestent ces arrêtés qu'ils défèrent devant le Tribunal administratif. Au pire, l'arrêté est cassé (pas de sanction pour la commune) et, de toute façon, le maire est le relais de la volonté des citoyens (71% des européens "refusent ce type de nourriture" selon un sondage demandé par la Commission européenne en 2001). Nous avons fortement collaboré à la rédaction d'un rapport de 40 pages pour aider les maires à défendre leurs/nos arrêtés.

Nous avons aussi participé à la rédaction d'un texte avec la Confédération Paysanne, sollicitée par l'INRA pour le sommet de Johannesburg. Hélas, l'INRA a raccourci brutalement les délais et n'a pas pris en compte nos arguments. Nous n'étions qu'invités à écouter leur synthèse ! Toujours sur les brevets, nous avons eu un rendez-vous avec un conseiller de l'Elysée, et nous continuons de diffuser notre argumentaire sur les brevets et à faire signer notre appel contre les brevets.

Nous sommes passés sur i-télévision à propos des brevets. Nous avons publié un article sur l'incarcération de Riesel et Bové dans le journal 20 minutes, un sur un gène de la monogamie dans l'Ecologiste et un autre sur la défense et illustration d'un fauchage d'essai d'OGM dans l'Ecologiste.

Nous avons été présents à Paris dans trois salons Vivez Nature (un stand), à Saint Martin du Tertre, à Montreuil, à Nanterre, à Paris (Marjolaine). Nous étions aussi présents à la manifestation à Bruxelles le 9 octobre 2002 pour demander le maintien du moratoire sur les OGM.

Nous avons aussi participé à plusieurs conférences en tant qu'invités : Marne la Vallée (Ecole des Ponts et Chaussées), à Angers, Valence, Paris (Fédération anarchiste sur les brevets), à Paris (Conseil Economique et Social pour le débat national sur les essais en champs), Paris (devant la la Confédération Syndicale des Familles), Montmagny, Paris (sous-commission des aspects éonomiques et environnementaux des OGM - Sénat), Université Saint-Denis, Salon Marjolaine, Nantes, Savigny-sur-Orge, Université de Saint Denis, Lamastres (près Valence).

La refonte de notre site toile avance hélas trop lentement.

Nous avons aussi le plaisir de mentionner qu'un scientifique membre d'une commission est entré en contact avec nous car il n'était pas convaincu par plusieurs arguments de ses collègues. Nous lui avons donné quelques arguments.

Un adhérent nous a expliqué qu'il profite de ses courriers à EdF, France Télécom, ... pour joindre toujours un tract sur les OGM. Cette action, comme notre distribution de tracts au salon de l'agriculture, ou d'autres peuvent sembler anodine. Pourtant, avec le soutien de la campagne pas d'OGM dans ma commune, lire de bons livres (Berlan, Encyclopédie des Nuisances, ...), ou convaincre ses amis et collègues du caractère multiforme des OGM, ce sont ce qu'il y a de mieux pour enrayer la machine Etat-multinationales qui tente de nous faire accepter les OGM.

Fait à Paris le 30 décembre 2002

le président

« Quand bien même ces valeurs ne vaincraient jamais, nous nous devons d'assurer leur pérennité pour notre temps sur terre, car c'est ainsi que nous aimons vivre, comme pour les transmettre à la postérité, ainsi que tant d'autres l'ont fait avant nous. » Jacques Philiponneau

 

>> entrée du répertoire Qui sommes-nous ?

> page d'accueil du site OGM dangers

> la page de notre moteur de recherches