Voilà ce qu'a soutenu un juge visiblement imaginatif :

"Attendu que l'acte passé entre les parties ne peut, étant donné sa formulation, s'analyser que comme un contrat de prêt ;

Que comme dans tout prêt, la somme en litige doit être remboursée à Marchand ;

Que ce remboursement a, d'ailleurs, fait l'objet d'une promesse écrite formelle de Revel à la date de la Saint Glin-Glin ;

Attendu, cependant, que la Saitn Glin-Glin ne figure pas dans le calendrier des Saints mais qu'il existe, à la date du 1er novembre une fête collective de tous les Saints qui n'ont pu y trouver place ;

Attendu, dans ces conditoins, qu'il convient de fixer au 1er novembre la date de la Saint Glin-Glin" (obs. sous Civ. 6 novembre 1973. D.1974.J.91)

 

>> entrée du répertoire Nos motivations sur les OGM / Motivations humoristiques

> page d'accueil du site OGM dangers

> la page de notre moteur de recherches